Confessions d’une fille déterminée, pas toujours très organisée

Confessions d’une fille déterminée, pas toujours très organisée

X

Vous aussi vous vous reconnaissez dans ce titre ? Vous débordez toujours de détermination d’idées et vous n’en accomplissez qu’un dixième ? Alors bienvenue ! Je vous avoue que quand je me suis lancée ce petit défi personnel de poster un article tous les jours sur le blog en Février, j’étais plutôt super large dans mon organisation et en avance sur le calendrier, vraiment hyper confiante en la totale réussite de cette idée. C’était simple, j’avais dressé une liste de 28 idées d’articles à developper, il n’y avait plus qu’à. Je viens de regarder avec satisfaction les articles planifiés, c’est-à-dire deux, et la date du jour. Mercredi, 31 Janvier, 18h23. Large, Il me faut juste deux articles à préparer pour la fin de la semaine, pour Février et… Et, en fait, Février, c’est demain.


Ah bon. Oops. Je ne sais pas ce qu’il s’est passé… Encore cette fichue faille spatio-temporelle, la même que celle dans laquelle je tombe toutes les fois où j’ai été en retard dans ma vie. Je suis fatiguée, est-ce-que je ne ferai pas une petite sieste ? Tiens c’est le début du mois, il faut que je renouvelle mon titre de transport.

Il y a eu cette demi-seconde où je me suis dit, « cela dit, si je ne m’y tiens pas, personne ne le saura qu’il n’y a pas eu 28 des articles. », et puis je me suis ressaisie. Soit je peux trouver une liste d’excuses pour ce que je n’ai pas mis en place en Janvier, soit j’avance et je m’y mets tout de suite ! Il semblerait que j’ai décidé d’investir mon énergie dans la deuxième option. Enfin, j’ai vraiment envie de faire une sieste cela dit. Vous l’aurez deviné, à l’école, j’étais plutôt du style à faire les choses à la dernière minute, ou pas du tout d’ailleurs. Je suis du genre à investir tout mon temps et mon énergie quand je suis portée par un projet et que la créativité est au rendez-vous.

En revanche, si le sujet n’a pas retenu mon intérêt  alors il n’y a plus qu’à sortir les rames. Je ne fais absolument pas partie de ces personnes qui savent que la tâche doit être accomplie dans tous les cas et qui savent que plus vite ils s’y attèlent, plus vite ils en sont débarrassés. Ça ne veut pas dire que la tâche les passionne pour autant, simplement qu’elle doit être exécutée dans un temps imparti en allant d’un point A (l’exécution de la tâche) à un point B (la réalisation de la tâche demandée). Ma mère est comme ça pour tout vous dire, certaines de mes amies aussi, c’est vraiment dans leur nature. C’est génial en soi ! To-do list, hop, c’est parti ! Et après elles sont les reines du monde parce qu’elles ont la paix. Alors que de mon côté, c’est plutôt…

C’est tout simplement parce que je n’ai pas le même mode de pensée, enfin je crois que la cause vient de là. J’ai un mode de pensée dit en arborescence, ce qui fait jaillir une idée ou une question puis une autre, et ainsi de suite, souvent à en perdre le point d’origine. Je passe d’ailleurs du coq à l’âne dans mes conversations. Et en général, quand la tâche ne m’inspire pas, cela fait ressortir des questionnements, des incertitudes et oh la la ça devient un casse-tête alors que c’était parfois tout simple. C’est le schéma par excellence que je redoute, car dans ces moments là pour me débloquer, il faut vraiment qu’il se passe un miracle dans mon cerveau. Et en attendant ce miracle, c’est plutôt ça qu’il se passe…

Heureusement, j’en ai bien conscience, et j’essaie de corriger au mieux ce point qui peut parfois être invalidant notamment en entreprise. Et si vous me demandez comment mon article sur l’organisation en est arrivé à ce sujet, je n’en ai aucune idée !!

Voilà, je n’aime pas les choses normées, rigides, définies. Je m’y sens souvent à l’étroit, je trouve qu’il y a peu de place pour la spontanéité et l’adaptation. C’est aussi pourquoi je me suis lancée ce challenge. M’astreindre à l’exercice de m’assoir et d’écrire régulièrement, de suivre un rythme régulé alors que personne ne me l’a imposé pour aller à l’encontre de mes mécanismes. Apprendre à trouver du confort dans l’inconfort que me procure la régularité. Nous verrons ce que cet exercice me révélera. Peut-être que cela me montrera que la régularité permet d’être par exemple un accélérateur ou non dans l’accomplissement de ses projets, ou un fonctionnement plus adapté à mon quotidien que je ne le pense,…

Bon du coup, c’est promis, je vous parle de ma non-organisation très rapidement. Après tout, il reste encore 27 articles ! 😉

L’important, c’est que je suis déterminée et convaincue par la feuille de route que je me suis établie à différentes échelles dans le temps, elle me permet de garder les étapes et l’objectif en vue et finalement c’est bien le principal ! Et je me félicite déjà pour ce premier article qui n’a ni queue ni tête si ce n’est le mérite d’exister et de m’éloigner un peu plus de la fille qui avait toujours une bonne raison, peur de quelque chose, ou simplement la flemme.
Je déclare ce challenge de Février officiellement ouvert ! Dites-moi en commentaire quel challenge vous vous lancez ce mois-ci !